Follow by Email

mardi 18 décembre 2018

BRM 200 à Assebroek (Bruges)



Première organisation d'un BRM 200 km dans le cadre de Rando.BE.  On doit cette manifestation au Randonneur Sven Coryn
qui nous a concocté un très beau parcours.



Le lieu de départ se situe dans un café à la gare de Bruges contrairement au lieu d'arrivée qui se situe à plus ou moins 1 km de cet endroit.
Avec les renseignements du site Rando.BE et la préparation de ce BRM, j'ai pu indiqué les 2 WP sur le GPS, je gare donc la voiture à l'endroit de l'arrivée.







L'organisateur nous reçoit pour les formalités de départ avec la bonne idée de nous donner un bon pour une consommation, un petit café avant d'affronter le froid est toujours le bienvenu.
Beau succès pour une première avec 65 participants.







Originale, cette traversée de la Lys à Baarleveer.



Et je retrouve sur le quai d'embarquement quelques randonneurs dont mon ami Yvo Miesen toujours en activité, mais je l'avais perdu de vue depuis quelques années.



Merci Yvo pour cette photo.
Ici on appelle le bac en sonnant, je dois vous dire que je n'étais pas trop rassuré "va t il prendre un gilet jaune"................?



Pour votre info, la traversée s'est très bien passée😊.



1 er Contrôle Nazareth km 60 :
Commune située en Flandre orientale dans l'arrondissement de Gand.  Natif de Barry-Maulde, j'ai souvenance dans ma jeunesse du jumelage des fédérations des anciens combattants.
Un cortège était organisé dans le village et j'ai eu la chance (faisant mon service militaire à la marine Belge) de représenter la zeemacht avec deux autres copains villageois de la force terrestre et de la force aérienne (il y a 52 ans...............😕).


Un peu froid et le vent défavorable par moment, mais les conditions sont bonnes.
Kortrijk (Courtrai) est le 2 ème contrôle au km 112.
Je pointe ma carte au café Mozart qui a première vue a un aspect
guindé mais l'accueil est des plus favorable 😉comme quoi...... 

Il y aura moins de photo dans la 2ème partie temps plus sombre, le noir tombe vite et je me rends compte que je ne peux plus "traîner" si je veux finir dans les temps.



Le 3ème Contrôle se fait à Kortemark km 158 :

En région flamande, province de Flandre occidentale dans l’arrondissement de Dixmude.

Tout en me ravitaillant, je peux bénéficier du reportage du match de foot entre Courtrai et Bruges (0-0).

Il me reste 42 km qui seront pour moi les plus longs (3 heures) 😈

A la sortie du point de contrôle, la pluie, pas grave, je remets une couche mais ma position de "danseuse" me fait prendre conscience que je roule sur le VERGLAS😣😮😣.

Un premier petit dérapage ne cause pas de dégât au vélo mais ma jambe droite heurte un "potelet" et me fait redoubler de prudence.

A l'arrivée (juste dans le délai mais alors bien juste), une chute quasi à l'arrêt ne m'occasionne aucun problème et me fait même rire (allez comprendre.............).

Et voilà, le plaisir du vélo (après coup) dans toutes les circonstances.

PROFICIAT à l'organisateur pour ce très beau parcours avec un succès de participation surtout à cette période.
     







mercredi 5 décembre 2018

Reconnaissance BRM 200 Aurore Cyclo Anderlecht et Audax Tournai

Reconnaissance du BRM 200 km, organisé avec le Club Aurore Cyclo Saint Gilles à Anderlecht. Date officielle le samedi 02 mars 2019.
J'en profite également pour faire mon dodéca du mois de novembre, les jours passent vite et justement ce challenge est une motivation supplémentaire (organisation française qui vous demande d'effectuer un 200 km tous les mois de l'année).
Le temps extérieur n'est pas désagréable mais il fait noir et je suis bien à l'intérieur de la maison. 
Je me dis, de toute façon je pars et au pis aller, je peux toujours rebrousser chemin............. (menace de pluie).
Cette idée passe et vite sur le vélo avec la satisfaction de ne pas s'écouter.






De Leuze en Hainaut à Basècles (Beloeil) sur le ravel de la ligne 86.
Le revêtement est parfait, il faut juste faire attention aux éventuels piquets ou autres barrières, nécessité d'avoir un éclairage fiable.
Une sensation agréable d'avoir la route pour le Randonneur et la tranquillité du début du jour 😊.





Un petit clin d'oeil à un ami Audax Joël Maes à Tourpes, mais un peut tôt pour "prendre l'apéro".






Beloeil sera le premier Contrôle km 28.




Le canal Blaton Ath relie Blaton à Ath où il rejoint la Dendre.
Au XIX ème siècle, le canal était lié au canal Pommeroeul Antoing qui a été remplacé par le canal Nimy Blaton Péronnes. 





Le café "le doryphore" m' accueille à Lessines pour le Contrôle 2 km 58.  Un petit ravito me réconforte pour les 42 km restants. 



Anderlecht 3 ème Contrôle au café brasserie "la clef du cimetière".
Après 100 km, un bon petit repas chaud et une pause de 45 minutes avant de reprendre la route du retour. 




Et comme les panneaux l'indiquent, je sors de Bruxelles sans complication avec des routes adaptées pour le vélo.
Je suis aussi une route qui longe le canal Bruxelles Charleroi au Sud avant de tourner direction Ouest.

https://www.routeyou.com/fr-be/location/view/48103937/canal-bruxelles-charleroi 



Canal mais aussi ligne de TGV.


 km 153. 



Lens sera la ville du 4 ème et avant dernier Contrôle avant Warchin.
Lens en région wallonne en province du Hainaut est une commune à vocation agricole.




Le "café des sports" centre de ravito et d'équipement pour la dernière étape : veste fluo et lumières avant et arrière indispensables.

Arrivée Warchin avec 201 km au compteur et la pleine satisfaction d'avoir fait mon dodéca et vaincu la petite baisse de moral du départ ce matin.

Maintenant on pense à la reconnaissance du 300 et du 600, en ayant derrière les deux 200 et le 400 reconnus avec de bonnes conditions.
   

lundi 19 novembre 2018

Un petit texte qui fait réfléchir



Et c'est vrai samedi en rando, j'avais un "gilet jaune", mais surtout pour la sécurité du Randonneur,
bonne lecture et bonne récup en cette période.



Dans le monde d’aujourd’hui, chacun ou presque, gilet jaune ou gilet doré, ne se préoccupe plus que de lui-même ; chacun pense  que tout lui est dû, que tout ce qui est vital doit lui être fourni gratuitement, que personne ne peut le priver du superflu et qu’il a même le droit de le considérer comme vital. 
 Et pourtant, même parmi les gilets dorés, presque personne ne se reconnait comme riche ; chacun ne voit que ce qui lui manque ; et se plaint de ne pas avoir les moyens de vivre toutes ses envies. 
De fait, aujourd’hui, presque partout dans le monde, la plupart des biens vitaux (la nourriture, l’habillement, l’équipement ménager, le transport collectif) sont beaucoup moins coûteux qu’avant.  Certes, certains biens vitaux (logement, la santé, l’éducation le transport individuel) restent hors de portée des plus démunis et supposent de la solidarité entre gilets jaunes et gilets dorés.  
De plus, des biens nouveaux (ordinateurs, tablettes, téléphones mobiles, jeux vidéo, abonnements à des plateformes) se sont glissés dans les besoins vitaux, parce que nul n’imagine de s’en priver. Ce qui réduit la part du revenu disponible pour financer les autres biens  vitaux. D’où le sentiment, trompeur, que le pouvoir d’achat de chacun est en baisse, que les impôts sont  un vol et les dépenses publiques  un dû.
 Or, le pouvoir d’achat n’est pas en baisse. Il est seulement très inégalement, très injustement réparti. Et les dépenses publiques, que finance l’impôt, ne sont pas un dû pour les vivants d’aujourd’hui ; et elles sont aussi essentielles au bien-être d’autres que les gilets jaunes et les gilets dorés : les générations futures.    
 Or, tant que nous n’avons pas changé de modèle de développement, le bien être d’aujourd’hui nuira à celui de demain : Plus de consommation pille les ressources des générations futures. Plus de justice sociale dégrade leur environnement. Et inversement, réduire les émissions de gaz à effet de serre pour demain aggrave les injustices d’aujourd’hui. Ainsi, augmenter les taxes sur le carbone, pour préparer l’avenir, est inévitablement contraire aux intérêts immédiats des vivants d’aujourd’hui.
Préparer l’avenir ne peut donc être fait qu’au détriment de la satisfaction des désirs immédiats des contemporains, gilets d’or et gilets jaunes confondus.  
Pour dépasser cette contradiction, il faut passer au plus vite à un modèle de développement positif, où le bien-être d’aujourd’hui ne nuise pas à celui de demain. Et en particulier où la réduction des injustices dans le présent ne nuise pas à l’environnement dans le futur.  
Cela suppose de réduire massivement notre dépendance aux énergies polluantes, pétrole et charbon ; et de diminuer au plus vite notre consommation d’autres produits considérés aujourd’hui comme vitaux et qui seront reconnus demain comme mortels, tels la viande de bœuf, le sucre et tant d’autres. Cela suppose aussi d’orienter la consommation vers les biens immatériels plutôt que  matériels ; et, surtout, d’apprendre à découvrir qu’on peut avoir du plaisir à être altruiste.
Plus généralement, cela suppose d’aider chacun (plus les gilets jaunes que les gilets dorés) à réconcilier ses exigences d’aujourd’hui avec celles de ses enfants, à trouver plus de bonheur à préparer l’avenir qu’à gaspiller le présent, à  définir ce qu’il attend des autres, et ce qu’il est prêt à faire pour contribuer à leur bonheur.
Cela s’appelle être positif. Et, en soi, cela rend heureux.
  
j@attali.com

mercredi 14 novembre 2018

Reconnaissance fin du BRM 400 2019


La première reconnaissance du 400 a "tourné court", la neige et le mauvais temps m'ont fait renoncer à Auvelais (voir reportage précédent).  Il me restait plus ou moins 130 bornes pour le terminer.

La surveillance des  conditions atmosphériques pour achever "l'oeuvre" est nécessaire.

La décision est prise pour le mardi 13 novembre et je prévois de faire le trajet à l'envers donc en partant de Warchin, pour le retour, je me renseigne sur l'horaire des trains (Tamines Tournai), faire le retour à vélo (260 km) en période de récup est trop présomptueux. 

En plus cela oblige à plusieurs démarches qui vous incitent à vivre le temps présent (consultation horaires trains, commande billet et contacts divers), quoi de mieux pour un retraité de rester dans le coup...............😉.




Ne pas oublier l'équipement pour rouler dans le noir (feu avant et arrière et gilet fluo).  
Témoin de nombreuses fois de "cyclistes fantômes", je me dis, ces gens là cherchent un suicide déguisé 😵.

Le vieux canal Antoing Pommeroeul à la levée du jour 



Le même, un peu plus tard.

http://www.velo-ravel.be/ravel_BlatonAntoing.pdf





Contrôle prévu à Bon - Secours :




Village situé dans la province du Hainaut, entité de Peruwelz.
La basilique de Bonsecours est le centre d'un pèlerinage qui débuta au moyen-âge (du Vème  au XVème siècle) autour d'un vieux chêne dédié à Notre Dame du chêne entre deux bois.
La basilique actuelle dédiée à la Vierge Marie fut construite de 1885 à 1892 en style néogothique (style architectural né au milieu du XVIII ème en Angleterre).




En sortant de Bonsecours, un peu de route normale et reprise du Ravel en bon état qui avec les nombreuses feuilles nous montre l'arrivée de l'automne.



Au loin Pommeroeul et son clocher :


Un clocher courbé par le temps et les intempéries
Le clocher a bel et bien été conçu et construit droit vers 1620. Il a gardé sa fière allure durant quelques siècles. Des photos de 1900 le montrent encore dressé droit vers le ciel. Il semblerait donc que ce soit au siècle dernier que l'inclinaison ait commencé à se manifester. Pour Pierre Mainil, cela ne fait aucun doute, cette courbe est l’œuvre du temps et des intempéries. A l'intérieur du clocher, des pièces de bois sont pourries "vermoulues en partie et pourries par le dégât des eaux. Certaines pièces de traverse se sont carrément déboitées de la charpente." L'inclinaison qui fait aujourd'hui la particularité de ce clocher serait due à une certaine négligence. "Il faut absolument être vigilant à ce genre de patrimoine. C'est comme une maison à surveiller [...] Le clocher n'est pas figé tel qu'il est. Il faut le surveiller." Et quand on demande à Pierre Mainil s'il y a un risque que ce clocher tombe un jour, la réponse est claire: "moi, j'estime que oui."




Contrôle prévu à Villers Sire Nicole :
Petite incursion en France dans le département du Nord en région Hauts de France.
Très peu de commerce et c'est à Lobbes que je trouve une enseigne "Bonjour" pour manger mes tartines "choco" 😋 (après 85 bornes, j'étais tout content de trouver cet endroit).
Pour rejoindre Hourpes, je dois traverser un bois avec une route praticable mais qui est en travaux, un petit détour qui me vaut 10 kms en plus. Je contacterai plus tard l'administration communale pour voir si ce passage est rétabli à la date du brevet.




Après le canal, je rejoins la Sambre.
qui prend sa source à Nouvion en Thiérache, affluente de la Meuse, de 190 km de long avec un contrat de rivière visant à lui permettre de retrouver un "bon état écologique" (et ça se voit).








L'abbaye d'Aulne :


L'abbaye d'Aulne était, à partir de 1147, un monastère de moines cisterciens situé dans la section Gozée, en Belgique, dans la Province de Hainaut.
À l'origine, en 656, Saint Landelin planta une croix à l'endroit où un monastère bénédictin sera fondé en 657. Ce monastère sera légué à l'évêché de Liège, qui en a acquis, de Charles Martel, la temporalité. En 882, les Normands remontèrent le cours de la Sambre et le prieuré d'Aulne sera ravagé, laissé à l'abandon pendant une cinquantaine d'années avant de renaître de ses cendres grâce à l'intervention de Richer, évêque de Liège.





Le 2ème arrêt mérite une petite dégustation.

L'Abbaye d'Aulne est une bière d'abbaye belge brassée à la brasserie du Val de Sambre à Gozée dans la commune de Thuin en Hainaut (Région wallonne de Belgique).




Sur le Ravel de Sambre :





Admiratif devant toutes ces couleurs automnales et en plus des routes entretenues, pour les intéressés ci-dessous un lien des ravels du coin.

http://www.entre-sambre-et-meuse.be/-les-ravel-?lang=fr




Et pourquoi pas un petit col en novembre et en Belgique 😊.


Petite pensée à Gaetan (souvenir des BRM 200 de Bomerée). 





Arrivée à Auvelais.


L'hôtel de mon étape de la première reconnaissance où la neige a interrompu la suite et la fin du parcours.
J'avais pensé contacter Yves (mon bon samaritain) mais l'heure prévue pour le train Tamines Tournai nous prive d'un petit café, ce sera pour la prochaine fois.






La gare de Tamines à plus ou moins 3 km d' Auvelais où le train de 
16.58 h me conduira à Tournai à 18.18 h.
Et c'est très content de ma journée que je reprends le vélo pour Gaurain en attendant d'autres reconnaissances si les conditions le permettent.





mardi 30 octobre 2018

Reconnaissance BRM 400 saison 2019


Comme décidé, reconnaissance du 400 km Randonneur en 3 jours,
la réglementation des BRM fixe pour ce brevet un délai de 27 heures mais ça ce sera pour le 25 mai 2019 chez les Audax Tournai.





Le parc naturel des plaines de l'Escaut nous donne le choix de nombreuses routes tranquilles.




En passant près du château et  du parc de Beloeil.
Le château et son parc appartiennent depuis le XIV ème siècle à la maison de Ligne.
Ancienne famille de la noblesse belge dont la filiation prouvée remonte au XII ème siècle.  Elle doit son nom au village de Ligne, en Belgique, situé entre Ath et Tournai.
Ce château est situé au milieu d'un jardin baroque * dessiné en 1664.
* baroque est un mouvement artistique qui trouve son origine en Italie dans des villes telles que Rome, Venise et Florence dans la moitié du XVI ème siècle.   



J'avais projeté un premier contrôle à Familleureux, nom bien sympa pour un premier arrêt, mais village désert 😕.


La commune de Seneffe offre plus de possibilités.
Il est vrai qu'à l'époque du Smartphone, une photo du panneau de la localité suffit mais il faut aussi prévoir arrêt avec possibilité de s'alimenter ou de récupérer un peu après 85 km.
Seneffe : commune francophone située en région wallonne dans la province du Hainaut limitrophe avec la province du Brabant (Nivelles se trouve à une dizaine de kilomètres). 



La preuve pour votre serviteur, cette belle omelette qui vous donne envie rien qu'à la regarder, je vous assure c'était délicieux.







En plus devant moi un écran avec le match Standard Genk, j'ai appris par après que le résultat était partagé  1 - 1.


L'étape prévue est de 140 km et j'ai réservé un logement à Corbais,
un peu hors parcours mais ce n'est pas toujours facile de trouver un logement où le tracé passe.



J'envisage comme 2 ème Contrôle le village de Walhain St Paul ( km 130).
Commune francophone située en région wallonne dans la province du Brabant Wallon.
















Et comme toujours dans la mesure du possible, j'essaie de privilégier des routes tranquilles et spécifiques aux vélos.

Le 3 ème Contrôle est possible à Waremme (179 km).
Un petit coucou à mon ami JP Dupriez qui habite pas loin (Berloz) avec qui j'ai fait le voyage vers Berlin et à qui a projeté les BRM 400 (celui-ci) et le 600 vers Montjoie (ville d'Allemagne occidentale) à reconnaître aussi plus tard.
Waremme : ville francophone située en région wallonne, chef lieu d'arrondissement en province de Liège.
Content d'arriver à Waremme, pour ne rien vous cacher, j'en avais marre de ce vent d' Est et glacial en plus, je l'aurai un peu moins défavorable et ça m'encourage 😉.



De plus je retrouve la Meuse pour un bout de temps ça veut dire pas trop de déniv, que demander de mieux.



Le 4 ème Contrôle se fera à Namur (km 239).
Namur est la capitale de la Wallonie en Belgique, à la confluence de la Meuse et de la Sambre (que je rejoindrai en fin d'étape).



Marche les Dames et le souvenir d'un grand roi Albert I er tombé à cet endroit.
http://www.marchelesdames-wartet.be/content/la-mort-du-roi-albert-1



Floreffe et son abbaye :  située sur un promontoire dominant la Sambre sur le territoire de la commune à une dizaine de kilomètres de Namur.

Direction 2 ème étape Auvelais où j'ai trouvé un hôtel cette fois sur le parcours.  Souvenir aussi d'un très beau BRM 200 organisé par Yves Wilmart Randonneur qui habite la commune. Après 270 km une bonne nuit de récup m'attend mais je suis pessimiste pour demain avec les prévisions météo 😩.

En effet, les prévisions étaient "bonnes" et même de la neige au moment de prendre la route................Yves avait prévu de faire un bout de chemin avec moi, ben oui mais ce sera en voiture.
2 possibilités s'offraient à moi, prendre le train à Namur ou Charleroi mais avec l'esprit Randonneur qui habite Yves, il prend la direction de Gaurain et me ramène à la maison.

Quelques petites modifications à apporter (routes interdites aux vélos, sens unique....), voilà le but de la reconnaissance.

Les 130 kms de retour seront à prévoir avec de meilleures conditions.




Encore un GRAND MERCI à Yves.

Excuses à JP et Paula, mais j'étais "tenu" par le temps.

Prochaines étapes (si le temps le permet), reconnaissance des derniers kms de ce 400, reconnaissance en 2 jours du 300 avec "mobylette" et restera à envisager le 600 avec JP Dupriez si ça lui convient.